Mes secrets pour de beaux cheveux !

‘Tes cheveux sont comme du fil de fer !’

‘ Mais on dirait une perruque ta coupe !’

‘Regarde-moi cette tignasse !’

Voilà un petit panaché des remarques que j’ai pu entendre sur mes cheveux au fil des années.  Petite, j’avais les cheveux extrêmement lisses et puis … l’adolescence et les hormones sont passés par là !

Ma mère qui ne comprenait pas ce qui arrivait aux cheveux de sa petite fille, insistait pour que je me brosse les cheveux après chaque shampoing et, fille obéissante que j’étais, je ne dérogeais jamais à la règle ! Jusqu’au jour où… drame absolu ! A la plage a 10 000 km de mon île (de ma mère et sa brosse), j’ai oublié le précieux instrument. D’abord catastrophée, je me suis résignée, prête à réparer les dégâts en temps voulu.

Et là, qu’elle ne fut pas ma surprise en me regardant dans le miroir : des boucles s’étaient formées.

Ce jour-là j’ai fait une grande découverte : j’avais les cheveux bouclés !                                                                      Après des années d’incompréhension j’avais enfin découvert la véritable nature de mes cheveux ! Mais ce n’était que le début d’une longue route, semée d’embuches…

Après de nombreuses coupes ratées, des coiffeurs tous aussi incompétents les uns que les autres, d’autres remarques désobligeantes sur ma ‘tignasse’, j’ai décidé de prendre les choses en main :

  1. J’ai jeté mes brosses à cheveux 

Youhou ! Adieu les brosses et peignes en tous genres ! Liberté !

  1. Natural hair = Happy hair !

Oui mes cheveux ressemblaient à du fil de fer car les cheveux bouclés sont naturellement plus secs… comment j’ai pu y remédier ? J’ai compris que je devais me débarrasser de tous ces produits corrosifs qui privent les boucles de leur hydratation naturelle, oui, Sodium Lauret Sulfate c’est toi que j’accuse (Entre autres…).

  1. Expériences… plus ou moins concluantes en quête du Graal 

J’ai jeté les shampoings pleins de sulfates, les silicones aux après-shampoings, erré pendant des heures sur les blogs et les chaines YouTube prônant le Natural Hair (parfois au détriment de choses peut-être plus importantes ?), appris qu’il y a plusieurs types de cheveux bouclés, rincé mes cheveux au vinaigre de cidre, rempli mes placards de produits naturels, transformé ma salle de bain en labo et me suis rebellée contre la dictature du brushing …

  1. Etre fière 

Tout simplement être fière de mes boucles, qui ne correspondaient pas aux critères de beautés de certains ! Me regarder dans le miroir et me dire que j’ai de la chance d’avoir cette matière, ce volume, ces boucles que j’ai appris à porter et à chérir car, je le dis souvent elles sont le reflet de ce qu’il se trame dans ma tête, de ma personnalité !

Audri

*************************************************************************************

Audri est Réunionnaise avant tout, sinophile professionnelle, ‘capillologue’ amateur… ou peut-être le contraire ?

Je mène une guerre sans merci aux sucres ajoutés et aux lissages brésiliens, coréens… peu importe leur nationalité ! Fascinée par la beauté de mon île, je suis aussi une nomade invétérée…

Photo audri

*hair = cheveux

Publicités

Parfum d’enfance

Je suis tombée sur un parfum qui arrête le temps. Un parfum qui me rappelle que j’ai été libre un jour.

Libre d’être pleinement moi. Libre de courir entre les rochers, de marcher pieds nus dans la ravine. Libre de cueillir et de manger une multitude de fruits. Des fruits dont je ne connaissais pas les noms. Ronds et jaunes, je me disais qu’ils ne pouvaient être que bons. Déformés et verts, je me disais la même chose.

Nous mangions, heureux et insouciants. La liberté était là, acquise. Et jamais, n’avons nous imaginé la perdre un jour. Les cabris galopaient, nous faisions pareil. Il y avait là, quelque part, notre vie secrète. Notre enfance en plein air, en famille, entourés de fruits sauvages et d’animaux.

Parfois, il fallait vite revenir chez une tante ou un oncle pour demander un peu de sel et du poivre. Et, aussi vite que possible, nous repartions. Il y avait des mangues vertes à profusion. Il faut repartir. C’est urgent. Vite, avant que notre enfance ne passe. Avant de devenir définitivement grands. Avant que les saisons ne changent.

L’ âge d’or de nos vies est là-bas, au creux d’une ravine. Au milieux des citronniers, des manguiers… Des citrons à l’écorce dur, aussi sauvages que moi. Aussi robustes que nous. Tellement Libres, farouchement heureux.

Aujourd’hui, je suis tombée sur une simple savonnette, que sa créatrice appelle « soleil ». Ce parfum, qui me rappelle mon enfance, est en réalité un mélange d’huiles essentielles de petit grain de Bigaradier et de listée citronnée. Un bout de ma tendre vie passée, un morceau de ma jeunesse. Cette douce odeur acidulée. Quand entre les branches nous nous mêlions aux feuilles vertes d’un citronnier. Quand petite, je mélangeais ces feuilles avec de la terre et de l’eau, que j’offrais ensuite à maman en lui disant que le repas était prêt. Je fais le plus merveilleux des voyages dans le temps.

Je revis.

Je revis un moment de bonheur absolu, et de liberté immense. Quand on a été aussi libre un jour, on veut l’être pour l’éternité.

Elodie Escande

************************************

Hey dis donc, on va pas se quitter comme ça ? Restons amis, tu nous trouveras sur Facebook et sur Instagram. Oui, on est partout!

Tu peux nous écrire, si tu veux papoter ou partager une histoire, un témoignage ❤  par ici pour un long mail, allez zouuuuu : Naturellement-Happy@outlook.fr