Mon fils (2)

Je t’ai vu sursauter

Je t’ai vu avoir peur

Je t’ai vu chercher ma main dans le noir

Je t’ai vu t’apaiser, grâce, à une toute petite caresse

À des touts petits mots

Je te dis que je suis là, que je te protège, que je t’aime

je t’aimerai toute ma vie

Que je t’aime le matin, le midi, le soir

Lorsque je dors aussi

Il suffit d’un changement dans ta façon de respirer

Et je me réveille

Il suffit d’un mouvement inhabituel et je ne dors plus

Je te surveille

Comme à notre rencontre

Te souviens tu?

Je t’ai regardé les yeux pleins d’amour et d’admiration

je t’ai regardé et j’ai oublié de dormir

J’ai oublié de manger

J’ai oublié

Tu m’avais envoutée

Ce sort que tu m’as jeté

Je ne veux pas m’en défaire

Je veux seulement te rassurer

Te raconter comme ce monde est beau

Te dire que dehors le vent souffle, il agite les feuilles des arbres

Cette jolie danse tu pourra en profiter bientôt

Voir les fleurs, sentir leur parfum

Et découvrir notre monde,

Ce monde immense qui t’impressionnes parfois

Quand tu seras prêt, je le serai aussi.

L’Océan

Un jour, tu verras ce bleu immense et apaisant

L’océan qui berce notre île,

Cette île que tu ne connais pas encore.

Un jour, tu verras des vagues qui dansent,

Qui se succèdent …

Une, deux  … trois

à l’infini elles se balancent, elles partent et reviennent.

À l’infini, elles nous caressent, nous protègent.

Ce bleu parfois clair, cette eau translucide, tu y verras le sable caché, les cailloux posés, une étoile de mer endormie.

Et peut être, assis face à elle, tu verras une tortue juste devant toi

elle aussi découvre son île, elle aussi vient s’y reposer.

 

Elodie Escande

Pour ne rien rater de Naturellement-Happy, abonne toi ❤ ici ou sur Facebookon est sur Instagram aussi ❤

Mon fils

À ta naissance, j’ai découvert l’amour inconditionnel. Quelque chose qui m’a complètement surprise et bouleversée, overwhelmed comme ils disent en anglais.

J’étais complètement submergée, dépassée par tant d’amour. Je ne savais pas qu’on pouvait tant aimer.

Et toi, à mon réveil je t’ai vu, enfin, je t’ai tellement attendu.

Nous étions 3 dans la pièce , ton père et ma maman. Mais, c’est vers moi que tu t’es tourné.  Vers moi. (Ca y est je verse ma larme) Tu m’as choisi, encore, tu me regardes et tu ouvres la bouche, tu la refermes, tu ouvres , tu continues et tu me fixes. Tu es calme.

Je suis surprise, tu as quelques heures, je ne sais plus combien, ma longue sieste après la césarienne ma déboussolée. Tu es tout petit, à peine 3 kilos et tant de volonté, tu y mets toute ta force, tu y  mets tout ton cœur, tu me parles.

Je demande à ta grand mère de regarder. Qu’est-ce que tu peux bien faire? Elle me dit que tu as faim. Ah bon? Il sait dire qu’il a faim! Il sait me choisir dans une pièce, il sait tourner la tête vers moi … Il sait dire qu’il a faim. Je suis surprise. Tu sais te faire comprendre et je ne peux pas ignorer les choses que tu sais dire.

C’était notre deuxième tétée et depuis, le jour comme la nuit, on ne les compte plus.