Le théâtre, ça te branche ? 

L’idée

C’est une idée que j’ai noté sur  la liste de noël de notre fils l’année dernière: nous souhaitons que les membres de notre famille participent à des activités avec Notre petit Gabi. Non pas pour nous en débarrasser, mais pour qu’ils  partagent un moment privilégié autour d’une activité le temps d’une matinée, ou plus. Histoire de créer de jolis souvenirs, des moments partagés dont il se souviendra longtemps (les souvenirs durent bien plus longtemps que les jouets … ) offrir une expérience à vivre c’est le cadeau que je préfère.

Mon idée sortie cette semaine est hautement artistique puisqu’il s’agit de théâtre. Ma maman a été comédienne pendant de nombreuses années, et moi, bien souvent figurante dans ses spectacles.

Théâtre et découverte

L’odeur des coulisses, le bruit si particulier des pieds qui frôlent une scène, ce grand rideau noir qui nous fait basculer dans un autre univers … autant de petites choses qui ont marqué mon enfance et qui me font encore rêver. Mes frères, mes sœurs et moi, sommes tous passés sur une scène de théâtre.

Quand mon fils est né, je savais que sa vie serait hautement artistique. Au moins le temps qu’il passe avec nous, pour le reste il décidera plus tard.

Ce qui est bien à Toulouse, c’est qu’on trouve facilement des pièces de théâtre pour enfants de tous les âges.

Je conseille cependant, de demander (pour les plus petits) le déroulement de la pièce, le type de spectacle et la durée. Souvent 20/ 30 minutes de spectacle c’est ce que les moins de 2 ans préfèrent. Au delà, l’agitation est palpable, et c’est normal. Tout cela dépend aussi des comédiens et du caractère et des goûts de l’enfant, notre fils de 2 ans et 8 mois peut assister à un spectacle d’une heure si le sujet le passionne et si le spectacle est hautement interactif. À contrario, un spectacle de 30 minutes où il devrait rester immobile, se taire et fixer une scène … ça ce n’est pas dans ses cordes.

Il y a Toulouse et dans les alentours des festivals chaque année, Festival de rue de Ramonville, le Marionnettissimo à Tournefeuille … et puis il y a les salles de spectacle pour les petits.

Je te donne 2 supers pistes (que je n’ai pas encore testé personnellement)

La péniche Discalalie 

Dans un cadre original à Ramonville, tu as la péniche Didascalie. C’est ma charmante voisine brésilienne qui m’en a parlé, maman de 2 filles, elle m’a conseillé d’y aller un matin avec Gabi. Nous iront bientôt. Voici la programmation pour les enfants de 2 ans la semaine prochaine: le spectacle s’appelle La machine à son ~ dés 2 ans

Du lundi 4 mars au lundi 8 mars. 10h/ 11h15/ 16h45

L’histoire :

« Manuel récupère les sons de ton quartier, les rénove, les recycle. Il fait de la musique… Mais pour faire ce métier, il ne se sépare jamais de sa « Caisse à Outils », qu’il emmène sur tous les chantiers. Ils sont inséparables… Elle est indispensable !! Grâce à ses principes mécaniques, la Caisse à Outils se transforme en boite à musique, en Machine à Sons, d’où vont sortir et s’animer un tas d’objets sonores, de matériaux de récupération trouvés ça et là dans le quartier… ( tuyaux, roues de vélo, lauzes, pompes à vélo, marteaux, clés plates…). Elle joue de la musique… A la manière d’un orgue de Barbarie.

Entrée : 6 euros – Réservation conseillée : 06 12 89 69 17 – (Salle climatisée, accessible aux personnes à mobilité réduite) »

Plus d’info sur leur site.

Les samedi 9 et dimanche 10 mars, une pièce pour les petits de un an cette fois:

Joyeuse anniversaire lillie chipie

L’histoire :

« Demain, c’est l’anniversaire de Lili. Comme chaque année, elle aura ses cadeaux dès le matin, mais elle ne veut pas attendre ! Sans faire de bruit, dans la nuit, Lili Chipie sort de son lit et se faufile dans le salon… Ses cadeaux sont déjà là ! Tout à coup, les boites s’animent et se transforment : un dragon, un chameau et une plante qui parle viennent lui tenir compagnie durant cette nuit magique. »

tarif : 6 euros

Théâtre des Préambules 

De l’autre côté de la ville, direction Muret au théâtre des Préambules  

« Le projet du Théâtre des Préambules est porté par trois associés issus de l’éducation populaire aux compétences complémentaires dans la gestion et le développement de projets, l’animation socio-culturelle, la programmation, la communication et la gestion technique de salles de spectacles. »

Capture d’écran 2019-03-03 à 17.27.42

Voici la pièce de mardi :

 

Capture d’écran 2019-03-03 à 17.37.57.png

En plus des spectacles, le théâtre propose aussi des stages à l’année pour les enfants à partir de 4 ans.

Une idée sortie pour toute la famille, grands parents évidemment, les parents sont aussi admis (avec  autorisation de leur enfant)

Et toi, dans ta famille quelle est l’activité que les enfants partagent avec leurs grands parents?

On se voit au théâtre cette semaine! À bientôt!

Si ce genre d’idées te plaît, je t’en donne d’autres bientôt. Est-ce que tu es partante ?

Photo pixabay

 

Publicités

Vous revoir.

Il y a, à côté de mon marché, un leader price. Il est petit et facile à « naviguer » contrairement aux énormes centres commerciaux. J’y suis passée mercredi, et alors que je me dirige vers la caisse, mon regard croise celui d’une dame âgée. Elle tend le bras vers le haut du rayon. Je vais vers elle et elle me dit: « c’est trop haut, j’ai 90 ans, je pourrai tomber!» Tout en lui attrapant sa boîte de raviolis, je la regarde, étonnée et je lui réponds: « 90 ans? Vous ne les faites pas, vraiment! »
Puis son histoire commence. Elle me raconte avoir passé la matinée à pleurer, elle se sent seule. Le week-end dernier à Pâques, personne n’est venu la voir. Ni ses enfants, ni ses petits enfants. Ils habitent à plusieurs heures de Toulouse. Et son petit fils de 43 ans, qui est dans la même ville, même lui n’est pas venu. Elle me dit qu’elle aurait aimé les voir, peut-être pas tous à la fois, mais au moins l’un d’entre eux. Son cœur est lourd, sa voix si douce me répète: « À mon âge être seule … vous savez … »
Je lui explique que moi aussi j’ai connu la solitude, et qu’être jeune ne signifie pas forcément être entourée. Que parfois, il ne faut pas chercher à comprendre, il faut juste vivre. On se regarde. Elle me parle longuement de nombreux souvenirs et de son premier mari décédé pendant la guerre d’Indochine alors qu’elle avait 26 ans. Si jeune et déjà un tel traumatisme, une perte si lourde.

Je l’écoute, j’ai le temps, mon fils est à la crèche. J’ai le temps mais, au fil de la discussion, le sourire lui revient et elle veut déjà partir. On doit se séparer. « Je vous fait un câlin! » lui dis je. Et hop, dans les bras l’une de l’autre, elle qui a 3 fois mon âge. Peut-être 3 fois ma vie et des millions d’expériences au compteur. Tant de choses à partager.

Je souhaite tellement la revoir.

Elodie