Ce que je vois dans ton regard

Debout sous la pluie. Être présente physiquement, mais loin, tellement loin que les voix qui nous parlent sont inaudibles et que le futur semble incertain. Vide, le ventre vide, le corps épuisé, l’âme torturé.  C’est toute notre vie qui est remise en question. Qui suis-je? Qu’est ce que je fais là, pourquoi, pour qui?

Cette sensation de flotter, de bouger sans pour autant maîtriser ses pas. On fait ce qui doit être fait, on attire pas le regard, discrète et absente. Épuisée. Je me suis perdue sur le chemin du bonheur et là mon entourage euphorique ne peut pas m’aider. C’est alors que doucement il disparaît. Dans ce tourbillon, dans cette tempête lourde, dans le froid, sous la pluie je suis seule. Personne ne peut m’aider. Enfin, je vois le monde à travers un filtre sombre, négatif, en noir en blanc et tellement triste. Jusqu’au jour où, une autre femme me tendra la main. Puis une communauté de femmes, (des inconnues? et alors) nous sommes tellement plus fortes ensembles. J’ai serré dans mes bras une inconnue, et puis non, elle me connait mieux que bien des proches, je pense même qu’elle m’a sauvé la vie. Je lui ai dit merci, nous avons ri et je me suis éloignée, légère, sereine, et même … heureuse. Je suis partie en me disant « plus jamais » Plus jamais je ne me tairai, plus jamais je ne regarderai le sol, la tête lourde alors qu’on me parle.

Et puis un ami m’envoie ce lien. Une réalisatrice/apnéiste/ danseuse Réunionnaise qui dans le silence le plus profond, me parle. Toutes ces choses que je n ‘ai jamais osé dire, sont là. Julie Gauthier signe AMA, une chorégraphie poétique dédiée aux femmes du monde.

La légende signée Julie explique:

« Ama est un film sans parole qui raconte une histoire que chacun peut interpréter à sa manière, selon son propre vécu, tout est suggéré, rien n’est imposé.

J’ai voulu mettre dans ce film ma plus grande douleur en ce monde. Pour qu’elle ne soit pas trop crue je l’ai enrobée de grâce. Pour qu’elle ne soit pas trop lourde je l’ai plongée dans l’eau.

Je dédie ce film à toutes les femmes du monde. »

*La réalisatrice Julie Gautier est originaire de L’île de La Réunion où elle découvre la plongée sous marine avec son père, et la danse auprès de sa maman danseuse. Alors âgée de 26 ans elle s’installe à Nice et devient une figure incontournable de la cinématographie sous marine. Si vous avez vu le clip Runnin’ (Lose it all) de Beyoncé (26millions de vues) alors vous connaissez déjà son travail.

Alors, vous allez me dire: « mais cette femme est EXTRAORDINAIRE!! » et je vous répondrai juste : »C’est une maman Réunionnaise. »

Photo capture d’écran AMA youtube

Ama de Julie Gauthier

Credits AMA :

Choreographer : Ophélie Longuet Music : « Rain in your black eyes », Ezio Bosso. (P) Sony Music Entertainment. Cinematographer : Jacques Ballard Editor : Jérôme Lozano Colorist : Arthur Paux @ Spark Seeker Compositing : Gregory Lafranchi @GoneFX Sound mix : Nassim El Mounabbih @Dinosaures Production : Spark Seeker/Les Films Engloutis Associated Producers : Y-40 The Deep Joy/RVZ Camera Assistant : Arthur Lauthers Electrician Romain Mostri Safety Freedivers : Anne Maury – Fouad Zarrou Making off : Jimmy Golaz Camera Rental (Red VistaVision 8K) RVZ Light&Electric Rental : TSF Cannes Wardrobe : Tatiana Henri

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s