3 astuces pour booster ta journée

On est mercredi? Mercredi c’est PODCAST! C’est le podcast à maman du jour, tout frais, tout beau! Prépare toi à changer ta vie, à booster ta life, à kiffer le podcast  N’hésite pas à le partager, à le faire voyager! Il est court et on va droit au but, c’est le podcast des gens pressés hein! J’attends ton avis, le podcast est aussi sur youtube.

Le podcast à Maman

… Bon, ok on laisse les papas venir aussi. Je me lance, je suis trop contente de te partager ça !!!!

Je me lance! Je te propose un moment de grande franchise, un moment pour parler de nos vies de parents. Dans ce premier épisode, je me présente, et je te parle d’un changement que je vis en ce moment.
J’ai une grande passion pour les podcasts, je suis abonnée à plusieurs comptes de femmes dont j’aime le parcours et le discours. Mes copines te le diront, j’ai aussi une grande passion pour les notes vocales 😂 Parceque écrire ça fatigue les doigts oh! Non mais oh! Je préfère parler. Alors le podcast c’est fait pour moi. Ce premier épisode, c’est pour me lancer, commencer, arrêter d’y penser et enfin passer à l’action. La technique n’est pas parfaite, mais ça va s’améliorer 😉 je vais m’améliorer. Ce premier épisode est sponsorisé par la sieste exceptionnelle de Gabi! Le lien est dans ma bio, le podcast est aussi sur mon compte YouTube. J’espère que ça va te plaire. #lepodcastàmaman#podcastàmaman #podcast #maman#papa #bebe #bébé #famille #bonheur#amour #parler #mama #hireme#bienveillance #maternage#allaitement #ose

les liens sont ici , pour le moment tu peux me trouver sur youtube ou sur soundcloud!

 

Le théâtre, ça te branche ? 

L’idée

C’est une idée que j’ai noté sur  la liste de noël de notre fils l’année dernière: nous souhaitons que les membres de notre famille participent à des activités avec Notre petit Gabi. Non pas pour nous en débarrasser, mais pour qu’ils  partagent un moment privilégié autour d’une activité le temps d’une matinée, ou plus. Histoire de créer de jolis souvenirs, des moments partagés dont il se souviendra longtemps (les souvenirs durent bien plus longtemps que les jouets … ) offrir une expérience à vivre c’est le cadeau que je préfère.

Mon idée sortie cette semaine est hautement artistique puisqu’il s’agit de théâtre. Ma maman a été comédienne pendant de nombreuses années, et moi, bien souvent figurante dans ses spectacles.

Théâtre et découverte

L’odeur des coulisses, le bruit si particulier des pieds qui frôlent une scène, ce grand rideau noir qui nous fait basculer dans un autre univers … autant de petites choses qui ont marqué mon enfance et qui me font encore rêver. Mes frères, mes sœurs et moi, sommes tous passés sur une scène de théâtre.

Quand mon fils est né, je savais que sa vie serait hautement artistique. Au moins le temps qu’il passe avec nous, pour le reste il décidera plus tard.

Ce qui est bien à Toulouse, c’est qu’on trouve facilement des pièces de théâtre pour enfants de tous les âges.

Je conseille cependant, de demander (pour les plus petits) le déroulement de la pièce, le type de spectacle et la durée. Souvent 20/ 30 minutes de spectacle c’est ce que les moins de 2 ans préfèrent. Au delà, l’agitation est palpable, et c’est normal. Tout cela dépend aussi des comédiens et du caractère et des goûts de l’enfant, notre fils de 2 ans et 8 mois peut assister à un spectacle d’une heure si le sujet le passionne et si le spectacle est hautement interactif. À contrario, un spectacle de 30 minutes où il devrait rester immobile, se taire et fixer une scène … ça ce n’est pas dans ses cordes.

Il y a Toulouse et dans les alentours des festivals chaque année, Festival de rue de Ramonville, le Marionnettissimo à Tournefeuille … et puis il y a les salles de spectacle pour les petits.

Je te donne 2 supers pistes (que je n’ai pas encore testé personnellement)

La péniche Discalalie 

Dans un cadre original à Ramonville, tu as la péniche Didascalie. C’est ma charmante voisine brésilienne qui m’en a parlé, maman de 2 filles, elle m’a conseillé d’y aller un matin avec Gabi. Nous iront bientôt. Voici la programmation pour les enfants de 2 ans la semaine prochaine: le spectacle s’appelle La machine à son ~ dés 2 ans

Du lundi 4 mars au lundi 8 mars. 10h/ 11h15/ 16h45

L’histoire :

« Manuel récupère les sons de ton quartier, les rénove, les recycle. Il fait de la musique… Mais pour faire ce métier, il ne se sépare jamais de sa « Caisse à Outils », qu’il emmène sur tous les chantiers. Ils sont inséparables… Elle est indispensable !! Grâce à ses principes mécaniques, la Caisse à Outils se transforme en boite à musique, en Machine à Sons, d’où vont sortir et s’animer un tas d’objets sonores, de matériaux de récupération trouvés ça et là dans le quartier… ( tuyaux, roues de vélo, lauzes, pompes à vélo, marteaux, clés plates…). Elle joue de la musique… A la manière d’un orgue de Barbarie.

Entrée : 6 euros – Réservation conseillée : 06 12 89 69 17 – (Salle climatisée, accessible aux personnes à mobilité réduite) »

Plus d’info sur leur site.

Les samedi 9 et dimanche 10 mars, une pièce pour les petits de un an cette fois:

Joyeuse anniversaire lillie chipie

L’histoire :

« Demain, c’est l’anniversaire de Lili. Comme chaque année, elle aura ses cadeaux dès le matin, mais elle ne veut pas attendre ! Sans faire de bruit, dans la nuit, Lili Chipie sort de son lit et se faufile dans le salon… Ses cadeaux sont déjà là ! Tout à coup, les boites s’animent et se transforment : un dragon, un chameau et une plante qui parle viennent lui tenir compagnie durant cette nuit magique. »

tarif : 6 euros

Théâtre des Préambules 

De l’autre côté de la ville, direction Muret au théâtre des Préambules  

« Le projet du Théâtre des Préambules est porté par trois associés issus de l’éducation populaire aux compétences complémentaires dans la gestion et le développement de projets, l’animation socio-culturelle, la programmation, la communication et la gestion technique de salles de spectacles. »

Capture d’écran 2019-03-03 à 17.27.42

Voici la pièce de mardi :

 

Capture d’écran 2019-03-03 à 17.37.57.png

En plus des spectacles, le théâtre propose aussi des stages à l’année pour les enfants à partir de 4 ans.

Une idée sortie pour toute la famille, grands parents évidemment, les parents sont aussi admis (avec  autorisation de leur enfant)

Et toi, dans ta famille quelle est l’activité que les enfants partagent avec leurs grands parents?

On se voit au théâtre cette semaine! À bientôt!

Si ce genre d’idées te plaît, je t’en donne d’autres bientôt. Est-ce que tu es partante ?

Photo pixabay

 

Modifie ton système de pensée!

Le jour ou j’ai changé des petites choses dans mon quotidien, j’ai commencé à aller mieux. Un petit changement, pas d’objectif non réaliste ( genre perdre 20 kilos en 2 semaines, non) Ton cerveau a besoin de directives, le mien était passé en mode survie et je ne le contrôlais plus. Il faut reprendre le contrôle.

Une nouvelle routine

Le matin, se lever faire son lit et prendre une douche. Alors, ça quand on est en bonne santé (physiquement et moralement), on le fait sans se poser de question. Mais quand ton monde s’écroule (deuil, dépression…) le quotidien est un fardeau.

Je te propose de t’imposer, (oui imposer) un changement dés aujourd’hui. Ces changements peuvent être :

  1. Se réveiller à une heure différente ou s’imposer un horaire pour aller au lit.
  2. Faire son lit le matin
  3. Prendre une douche (se laver les cheveux, aller chez le coiffeur ou l’esthéticienne)
  4. Sort de chez toi  
  5. Impose toi un exercice (parler à des inconnus. Poser des questions.) L’idée est de faire cette chose qui te fait te sentir mal à l’aise.
  6. Fait toi plaisir. Trouve une activité rien que pour toi.
  7. Trouve toi un mantra. Répète toi chaque jour une phrase pour te motiver. Il faut que tu te parles!!
  8. Marche. Facile n’est ce pas ? pas pour tout le monde, il y a eu un moment dans ma vie ou des parcours que je faisais avant bébé, étaient évidents. Puis un jour, tu te dis « je ne pense pas pouvoir traverser cette rue, c’est trop long » et une angoisse apparaît. Alors, ignore cette pensée et marche.
  9. Change tes fréquentation et modifie le type de personnes que tu côtoies.
  10. Le soir, remercie l’univers pour tes bons moments de la journée ( même les petites choses)

Au sujet du mantra, je me suis rendue compte que j’avais utilisé la phrase de mon fils pendant des mois. Depuis sa naissance, le matin, nous allons dans la salle de bain, je le place face au miroir dans mes bras et je répète: « je suis grand, je suis fort, je suis intelligent. Je peux réussir tout ce que j’entreprends. » Comme il ne savait parler, c’est en fait moi qui disait cette phrase … à moi même. Et puis un jour, je l’ai dit au féminin. J’ai versé une larme, c’est puissant de se parler, de s’auto congratuler, de s’encourager. C’est important. Le matin nous saluons aussi le monde,  les arbres, les nuages, le ciel, le soleil. Je parle énormément à mon fils, et surtout je lui parle avec de vrais mots et de tous les sujets. J’ai aussi une routine pour la nuit.

Si rien ne change, rien ne change.

Cela peut te sembler bête à entendre mais : si rien ne change, rien ne change. Tu comprends ? Si tu rêves d’une autre vie, dans un autre pays par exemple, il faut commencer à faire des changements la où tu es et maintenant. Car si tu veux changer de déco, il faut déplacer les meubles. N’est ce pas ? Il ne suffit pas de le vouloir trés fort, il faut (physiquement) bouger les meubles.

CHANGE

T’as déjà entendu : « tu es géniale, surtout ne change pas, reste comme tu es » Cette phrase sonne pour moi comme une malédiction. Je te souhaite au contraire, de changer, d’évoluer, d’être constamment entrain d’apprendre et te remettre en question. Je te souhaite de savoir te mettre à la hauteur d’un enfant, de voir le monde depuis ces petits yeux, d’accepter la critique, je te souhaite d’apprendre au prés de quelqu’un qui à première vu « en sait moins que toi » a mon d’expérience.

Si rien ne change, rien ne change.

Change ta façon de penser

Alors comment on fait ça? Comment peut on changer un état d’esprit ? En envoyant de nouvelles informations à ton cerveau. Ton cerveau est un super ordinateur, qui comme je te l’ai dit plus haut, a besoin de directives! Si tu lui dis « je ne sais pas compter » tu ne sauras pas. Si tu lui dis « l’anglais est une langue inaccessible pour moi » tu ne comprendras rien. Si, au contraire, tu lui envoies des messages positifs, « je peux le faire, je suis capable » alors tu y arriveras.

( Allez, fait moi confiance, du collège, jusqu’à la seconde je n’ai jamais eu plus de 7 de moyenne en anglais, puis un jour ma moyenne a presque triplé. Et puis, un autre jour (mdr) je suis allée vivre en Australie.)

Les outils du changement: Lecture et podcast

En france on a pas encore une vraie culture du podcast ( mais il y en a), aux USA c’est fou, y a un podcast pour tout. C’est magique, tu peux écouter et faire ton ménage ou la cuisine. De décembre 2017 à juin, j’ai écouté jusqu’à 2 podcasts par jour. Des sujets divers et variés, surtout en anglais. En me promenant en portant bébé, j’écoutais des podcasts motivants, inspirants. Et j’avais la banane en écoutant ces personnes optimistes et différentes.

Mes podcasts favoris
  • En français l’un des seuls que j’écoute est Nouvelle école. Sur son site, Antonin présente son podcast ainsi « Nouvelle École est un podcast hebdomadaire dont les épisodes sortent le lundi, autour de 17h00. Chaque semaine, je vais à la rencontre des français les plus inspirants, ceux qui sortent des sentiers battus. Ensuite on discute. » et c’est vraiment agréable à écouter. C’est un ami breton qui m’a fait découvrir ces podcasts, j’écoutais au grès des liens qu’il m’envoyait et puis un jour j’ai vraiment accroché.

 

  • Au sujet de l’entreprenariat au féminin tu as Génération XX . Tu peux, tu dois l’écouter même si tu n’as pas pour projet d’entreprendre. On y parle projets féminins, et toutes ces choses qui nous ralentissent (nous les femmes) Pensées auto limitantes, une éducation ou on apprend aux filles qu’elles ne peuvent pas faire certaines choses réserver aux hommes. Il est temps d’en parler non ? C’est un podcast super motivant avec des invitées épatantes. Présentation : « GENERATION XX est un podcast de conversations avec des femmes qui entreprennent, à des âges et dans des milieux différents. Elles ont en commun d’être passionnées, créatives, imparfaites, inspirées et inspirantes. Le but ? Vous faire découvrir des personnalités et des parcours différents. Pas de modèles à suivre ou de recette miracle pour réussir mais de quoi vous inspirer à mener à bien vos propres projets et croire en vos idées. »

Avant de m’arrêter sur ces 2 producteurs de podcasts, j’en ai écouté d’autres, mais ils étaient trop brouillons ou bruyants à mon goût.

Pour les anglophones, les podcasts que j’écoute sont à retrouver sur:

http://jimkwik.com et https://podcast.jennakutcher.com

En terme de lecture, évidement je te conseille Boris Cyrulnik. Je le lis depuis que je suis au lycée. Je ne savais pas que ses textes allaient, aussi, accompagner ma vie de maman.

Je sais pas comment ça fonctionne chez toi, mais mon fils est plein d’énergie, il faut savoir l’occuper (même si il sait jouer seul parfois) il est très actif et a besoin de sortir et que je sois attentive et dans le dialogue, l’échange. La lecture est donc compliqué pour moi. Mais je navigue les blogs, les articles courts (jusqu’à 1500 mots) ça reste faisable pour moi. J’aime lire l’expérience des autres mamans et échanger avec elles. Je suis tombée sur une jolie communauté de femmes ( mais il y’a des hommes aussi ici) et je te ferai un autre article avec les blogs que le lis attentivement.

PARLE

J’allais oublier un point essentiel, parle! PARLE! Ta parole a de la valeur, ton histoire compte parce que tu es unique. C’est difficile de trouver le bon moment, la bonne personne … mais PARLE. Aux inconnus, aux voisins, aux vendeurs, à la pharmacienne, PARLE. La parole soulage, libère. A un moment, je tremblais quand on me parlais, je ne comprenais pas, j’évitais donc les contacts. Puis je me suis souvenue de ma voisine, elle doit avoir 90 ans. Elle sort 2 fois par jour, je la voyais passer alors que moi, à la naissance de mon petit je ne sortais plus. Elle essayait de me parler parfois, elle est aimable vraiment. Puis un jour je me suis dit  » elle a le temps » je vais lui parler. Je ne sais plus, c’est surtout elle qui a parlé. Je l’ai écouté. Ca a été un exercice difficile, car la nausée me donnait envie de rentrer chez moi en courant. Mais je me disais « aller, on s’entraine, un jour ça sera à nouveau facile. » Aujourd’hui nous discutons avec plaisir.

********

Voici ce qui a marché pour moi, avec un suivi médical adapté, et j’ai pris le temps qu’il faut. Au début je me suis forcée, beaucoup, ça n’a pas été facile tous les jours, mais je n’avais plus le choix. Je me sentais partir. Des pensées intrusives et omniprésentes, le manque de sommeil, des crises d’angoisses m’ont épuisé. En décembre 2017 je me suis dit, aujourd’hui tu as besoin d’aide, tu vas vivre! Tu veux vivre! La période des fêtes a été éprouvante, je ne devais revoir mon médecin que le 2 janvier. J’ai trouvé le temps long. J’ai réappris à vivre, à parler aux gens, à me faire confiance, à marcher, comme une enfant. J’ai appris avec mon enfant. Et je suis allée à la piscine ( en mars je crois) … haha à cette époque prendre une douche était mon marathon, et là j’étais à la piscine. Enfin, je n’étais pas seule. J’ai écrit à l’équipe de maman Blues, j’ai parlé à d’autres mamans ici, j’ai investi dans une thérapie comportementale et cognitive, j’ai investis en moi. J’ai parlé à ma maman de ce qui se passait, enfin, mon mari l’a appelé et lui a dit ( elle est à La Réunion) Il lui a dit que je pleurais depuis des jours, que j’avais l’air perdu. J’avais perdu 16 kilos en très peu de temps, maintenant je mange, je cuisine à nouveau. Ma vie à changé. Et je parle, même si ça ne plaît pas à tout le monde. JE PARLE. Mais je m’inquiète pour les autres mamans, celles qui n’arrivent pas encore à parler de ce qui arrive. Si seulement vous saviez, vous n’êtes pas seules.

*********

C’est déjà pas mal non pour changer un peu, puis changer radicalement! Et toi, tu fais quoi pour enclencher un changement chez toi ? Partageons nos idées 🙂 J’espère que tu vas bien, sinon ça ira mieux demain 🙂

Fête des mamans: Idées cadeaux

Hey papa! Oui toi, je te vois là à chercher un cadeau pour la fête des mamans! Enfin tu attends peut-être la veille du grand jour en te disant que c’est assez pour trouver quelque chose de bien! Erreur homme, erreur, tu ne trouveras pas quelque chose de bien, de «thoughtful » au dernier moment. Tu vas prendre un parfum, ah oui ok, des chocolats, d’accord, des fleurs? Oui pourquoi pas, on te fera croire que c’est le geste qui compte après. Mais tu peux aussi prendre quelques minutes pour y réfléchir. 

Déjà! J’espère que tu fais attention à ta femme, la maman de ton enfant, tous les jours, pas juste une fois en mai. Puis une fois pour son anniversaire. Attention, gare à toi, je te connais homme! 

Alors, maman maman, si ton bébé est tout petit et qu’il ne peut pas encore te faire un collier de nouilles (que perso moi je ferrai cuire hein)  

On va beaucoup compter sur l’initiative de papa (ou de l’autre maman hein, je dis papa mais y a aussi les familles à 2 mamans!) 

Initiative: le cadeau fait maison !

Tu peux essayer de discrètement préparer un cadeau avec ton bébé, maman risque de s’en rendre compte mais quelle jolie attention. 

-Empreintes de bébé colorées

-Cadre photo simple que bébé décore. Ou il pourra lâcher (jeter) des paillettes gaiment

Cadeaux qui se mangent! 

Il y’a des choses toutes simples, que tu peux prévoir la veille et faire toi même! 

Le petit déjeuner 

  • préparer une pâte à crêpes et la laisser au frigo
  • préparer une salade de fruits 
  • Le jour j tu prépares un thé parfumé ou un café à ta moitié 

Le petit déjeuner prêt, tu peux l’apporter au lit ou laisser la surprise attendre sur la table jusqu’au réveil de ton amour. Assure toi aussi de t’occuper de ton enfant et laisse maman faire semblant de dormir dans son grand lit, au calme, pendant que bébé termine les préparations avec papa! C’est selon le fonctionnement de votre foyer ❤️

Le granola fait maison

Parce que manger c’est la vie, tu peux aussi offrir une jolie attention comme du granola fait maison! Alors attention, c’est pas à toi de le faire (ouff t’es soulagé là hein!) 

Sur le site web de Comme sur un nuage, il y a des dizaines d’idées! Des compositions de granolas, de gâteaux! Le tout dans un packaging tout mignon, et artisanal! 

Un abonnement à une box

Pour rester sur le site de Comme sur un nuage, tu as des box (boites cadeaux) pourquoi ne pas offrir un abonnement de 3 mois. Assure toi de commander la première box maintenant pour pouvoir la réceptionner et la cacher jusqu’au jour J!  Dans la boîte cadeau de mai tu as un trio de granola! Un petit bracelet, et des lingettes lavables. J’ai commandé ma boîte dimanche soir, hâte de la recevoir! (C’est mon cadeau d’anniversaire de moi à moi même hihi) 

En navigant sur ce site tu verras des jolies pochettes, des foulards, là aussi tu auras peut-être d’autres idées! Ne t’en prive pas! 

Un beau livre 

As tu penser à un joli livre? Avec une histoire toute douce, et de belles illustrations ? Un livre pour maman, qu’elle pourra aussi lire à votre enfant. Mon bébé a 22 mois et je suis toujours aussi émotionnée quand on évoque sa naissance, et donc le jour ou je suis devenue maman. 

Il est grand, il est beau, il est sensible! Tout ce qu’on aime! le livre MAMAN de Quentin Gréban est un must have pour la fête des … mamans et en plus il vient tout juste de paraître. Les illustrations sont magnifiques, des mamans et leurs enfants dans diverses situations : câlins et portage! et le texte est touchant (enfin la partie que j’ai pu lire à la Fnac a><q »zvant que mon fils ne commence à s’agiter). Le livre est à 20€ c’est un beau livre qui en vaut la peine. 

Capture d_écran 2018-05-09 à 09.25.40

Je te donne un exemple, mais il existe tout plein de livres qui parlent de l’amour maternel. Trouve celui qui te parle le plus. Si l’anthropomorphisme ne te dérange pas, tu as de belles histoires de Debi Gliori, avec des illustrations dune maman renard. «maman est là quoi qu’il arrive » Notamment. Ou l’histoire de Sam McBratney 

« Devine combien je t’aime ». Les versions poche de ses histoires sont à 5€. Tu peux les trouver à Leclerc Culture ou à la Fnac, ou sur internet. 

Les classiques fleurs

Coté fleurs, et si on changeait un peu? Je suis plutôt du genre à aimer offrir et recevoir des plantes bien vivantes, avec racines, terre et pot. Un joli rosier, un olivier, une plante qui va symboliser la fête de maman 2018, cela peut même devenir une tradition et chaque année une nouvelle plante (ou arbre hein) vient rejoindre la collection.

Un portrait personnalisé

Tu connais Instagram ? Bon zou, tu y vas. J’y ai découvert des artistes, dessinatrices, illustratrices qui ont de jolies idées là aussi. Tu peux offrir un bon pour un portrait personnalisé. Sur son compte Etsy Cevany et cie te propose une offre spéciale en ce moment 🙂 Elle est top cette idée !

Un shooting photo

Si tu es à Toulouse, Christelle Lacour photographie te propose une séance spéciale mamans le samedi 26 mai. Les photos de votre première fête des mamans ensemble, ça fera un super souvenir!

••••••••

Des idées je peux t’en trouver des tas, un massage ou un soin par exemple . Mais c’est à toi d’être attentif aux besoins de ta moitié, c’est à toi d’être reconnaissant pour ce jour ou vous êtes tous les deux devenus parents.

************************************************************************************

Et le bonus, c’est que ces cadeaux sont tous cumulables 😀 et pas besoin d’attendre la fête des mamans, tu peux commencer aujourd’hui ❤

Et toi, tu veux quoi comme cadeaux ou attention le jour J?

Image d’illustration: des macatias réunionnais (petites pains ronds) 

Prendre l’avion avec bébé

 

Notre bébé a pris l’avion pour la première fois à ses 4 mois, nous nous marions  alors à La Réunion. Et cette fameuse expression est devenue réalité, il a dormi comme un bébé pendant tout le vol. La deuxième fois il avait un peu plus d’un an, nous avons voyagé seuls, lui et moi. J’étais en mode commando, le petit en porte bébé devant et le sac a dos de voyage derrière. Et franchement, ça allait. Dans un *bon porte bébé, le petit ne pèse pas et il est bien installé, confortablement blotti contre maman ou papa. Et tu as les mains libres pour faire autre chose. Que demander de mieux?

Mes techniques pour limiter les pleures

Parler à bébé

Tu connais peut-être ma passion pour le blabla avec mon bébé, alors bon, je lui ai parlé. Je lui ai décrit ce qui se passait, par exemple lorsque l’avion va décoller, je lui explique:  

« L’avion décolle. ça veut dire que l’avion commence à avancer, il roule, il va prendre de la vitesse et les roues de l’avion vont se détacher du sol. Nous allons être dans les airs, c’est bien la seule fois que nous pouvons voler comme les oiseaux. »  

Mon objectif : décrire au maximum l’événement pour qu’il se concentre sur ma voix, et se rassure. Et on va dire que ça m’apaise aussi 🙂 

Objectif : communication puissance 3000

Concentre toi sur ta relation avec ton bébé, sur son regard, sa voix, et ignore les gens autour de toi. Propose à ton bébé de faire une ballade dans l’avion, c’est étroit mais c’est possible. Alors là, niveau blabla, accroche toi hein! Il faudra parler pour occuper son esprit 😀

Tu te rappelles les rédactions à l’école? Il fallait « décrire, décrire » Eh bien là, remise à niveau, tu vas en improviser des rédactions! Parle lui du pilote et de son travail, des hôtesses, des passagers, des repas, des boissons, des hublots, des enfants qui voyagent comme lui, des nuages. Tu peux inventer des histoires, un exemple: « Qu’est ce qu’il y a sous les nuages? »

L’allaitement

Notre pédiatre nous avait conseillé de le faire téter au décollage et à l’atterrissage (ou lui donner une sa sucette). Ça a bien marché pour nous, pour les fois ou il a refusé de téter, je lui parlais. 

Choisir son siège

Nous avons voyagé avec Air France, la première fois avec un berceau prêté par la compagnie (Pour avoir le berceau tu paies 40euros pour choisir les sièges face à une parois dans l’avion, où il suffit d’arriver assez tôt à l’enregistrement pour le demander, et là tu paies pas, mais le risque c’est de ne pas avoir la place)

Les hôtesses de l’air étaient adorables, on m’a apporté une grande bouteille d’eau pour le vol, un sac poubelle pour les couches et autres déchets, et une couverture supplémentaire.

La deuxième fois, bébé, bien que pas très lourd (9 kilos), était trop grand pour le berceau. L’équipage a proposé de me déplacer sur une rangée du coté avec des sièges vides. Nous étions a cotés des enfants qui voyagent seuls. Des soeurs jumelles et deux garçons, adorables eux aussi. Ils ont « discuté » avec bébé et l’ont bien diverti, bref c’était un vol de jour, mon bonhomme est resté éveillé longtemps.

Dans l’avion: on marche et on joue aussi!

Si votre bébé est « grand », il faudra prévoir des livres, un album photo, ou une peluche: de quoi le divertir. Mon bébé est plein d’énergie, il a besoin de marcher, de grimper, de parler fort, il lui arrive de pleurer (un bébé humain fait ces choses ) … et c’est normal. Il faudra garder cela à l’esprit si tu choisis un vol de jour, il faut occuper bébé dans un espace très limité, avec des passagers qui ne sont pas des personnes que tu choisis (eh ouais, à moins d’avoir ton jet privé, et là … tu m’appelles).

Il mange quoi bébé dans l’avion?

Niveau alimentation, mon fils est allaité (partout, n’importe où) et il mange bien aussi. Alors dans l’avion avec AirFrance tu auras des petits pots Hipp pour bébé. Tu peux évidement prévoir ta propre nourriture, prépare toi, pour la douane.

Aux contrôles de sécurité on peut ouvrir tes pots pour bébé et en prélever une partie pour un contrôle, tout comme pour l’eau. Tu as le droit d’en avoir, mais ça sera ouvert est testé. Plus tu as de grande quantité de liquide et pots, plus ton contrôle sera long. Ce qui est bien avec Air France, c’est que tu peux à tout moment demander un biscuit, un gâteau ou de l’eau pour ton enfant. Si tu me connais un peu maintenant, tu sais que la nourriture de mon fils c’est sacré, je la prépare moi même, je connais l’origine des carottes qu’il mange et le nom de la personne qui l’a plante ( la meuf est dingue!) et si je dois prendre un petits pots pour un voyage je vais faire de longues recherches, privilégier des choses stockées dans des pots en verres plutôt que des pots en plastiques.

Et puis, je te parle de la gentillesse de l’équipage que j’ai rencontré lors de ces 2 voyages avec bébé. Ils ont proposé de me réchauffer mon plat, parceque je m’occupais de bébé tout en mangeant. Tout comme ils m’ont offert une autre assiette parceque mon fils avait mangé avec moi, et il mange bien. Un autre bout de pain, car le mien était tombé. Une hôtesse m’a proposé de le garder pour que je puisse aller aux WC, bon avec le porte bébé, je peux aller aux wc en le gardant. Mais ça rassure d’être autant soutenue.

Voyager avec des liquides et sécurité

Pour passer le portique de sécurité, on te demandera de poser ton bébé, si il marche bien tu le poses par terre et tu lui expliques qu’il faut attendre, sinon oh oh! petit moment de solitude pour moi quand j’ai voyagé seule, mais une douanière a pris le petit pendant mon contrôle. Le temps de tout remettre dans les sacs, pochette avec les liquides, les pots et les liniment, mon déo bille aussi. J’avais, heureusement, préparé le coup en mettant chaque catégorie de produits dans des petites poches différentes bien distinct, facile à trouver: à sortir et à re ranger (Avant d’avoir bébé, je ne savais pas qu’un tel niveau de préparation existait #bordélique #organisationzéro )

Tu auras besoin 

– Un grand sac à dos 

– Porte bébé (bien plus pratique que la poussette)

– Essentiel pour changer bébé (couches and co, des vêtements de rechange pour bébé et pour maman (ou papa) 

-Un pyjama confortable

– De quoi ranger son linges sales 

-Une couverture pour sa sieste dans le berceau

-Repas et goûter (petite quantité)

-Un bébé (mdr humour)

 

Et puis en voyage, si tu restes longtemps sans le papa de ta progéniture, pense a lui montrer des photos aussi souvent que possible, fait des appels vidéos. A un peu plus d’un an, mon bébé réclamait son papa toute la journée. 

PS

Tu vas à La Réunion?

Chez nous, la vie est belle mais elle est chère. Point. Pars du principe que ce que tu achètes dans l’hexagone, tu vas le payer deux fois plus à La Réunion. (Et non, ce n’est pas qu’une question d’importation, c’est aussi une longue culture d’abus, wow le sujet est complexe)

Niveau cosmétique, rapporte donc ce dont tu as besoin pour ton bébé, certains produits sont compliqués à trouver sur place, oui quand on utilise pas des grandes marques pleines de cochonnerie. Donc pour les basiques:

-Créme solaire (selon âge de bébé, Alphanova, ou Laboratoire de Biarritz, un truc un peu clean)

– Produits pour le bain de bébé

-Liniment

 Vous partez où en voyage ? :-) Et toi, la première fois que tu as voyagé avec ton bébé raconte moi comment cela s'est passé ....

 

Prends soin de toi! Idées.

Oui, je ne rigole plus, il faut que tu passes à l’action! On va parler de ton bien-être (pour changer un peu), et je suis catégorique: il faut agir maintenant!

Maman (papa), comment peux tu prendre soin de toi ? Oui, tu le sais, il faut bien manger, de beaux légumes de saisons. Mais, pour cuisiner il faut être en forme, c’est un peu un cercle vertueux dans lequel bien manger te rends dynamique, et quand tu es dynamique tu es de bonne humeur, et là, tu cuisines à fond les ballons, tu es une tornade. C’est une question de perspective, certaines personnes diraient que c’est un cercle vicieux. 

 Bon, on fait quoi si tu es ko? fatigué.e et pas envie de cuisiner! Tu ne peux pas, je ne vais pas te juger, je suis passée par là. Et un jour je me suis retrouvée à manger (à voler) les repas de bébé, pour lui j’ai toujours le temps tu sais. Du coup, j’ai fait une bonne cure de soupes et de légumes vapeur sans sel pendant un moment. (D’ailleurs, le chou fleur à la vapeur avec un peu de moutarde, c’est trop bon.) 

Donc, on fait quoi là avec ta fatigue ? Qu’est ce que tu peux faire et où aller ? Comment éviter d’en arriver là?

Mon conseille numéro 1: l’anticipation! 

Avant l’arrivée de bébé prépare ton « réseau » on ne sait jamais.  Si ton entourage disparaît mystérieusement dans le triangle des Bermudes, que tu déménages, ou que tu ailles vivre dans une autre ville avec un tout petit bout. Arrive avec un plan! Et prévois des rendez vous.

Sur le site https://www.qcunbon.fr/ tu peux chercher des recommandations dans presque tous les domaines. En ce qui concerne la médecine, tu as des sites et applications comme  Quimesoigne, NoteTonDoc et dokBody et le traditionnel « avis sur google ». Ouais c’est une peu ringard ça hein (l’avis google), sinon tu postes juste ta question sur Instagram? Ça c’est beaucoup plus 2018!  

Allez, ton bilan sanguin est parfait mais tu ne te sens pas en forme, notre mission: prendre soin du nouveau parent! Il faut: 

Un rendez vous bien-être 

Reïki

J’ai découvert ce soin le week-end dernier chez Mam’zen! Euh comment te dire ? J’étais entre de bonnes mains, littéralement. Je suis entrée dans une petite cabine toute rose, une pièce bien chauffée, nous nous sommes présentées. Et là, coup de foudre! Non je rigole. 

Monique Bernot m’a expliqué ce qu’étais le reïki. Elle me dit que c’est un peu comme du magnétisme.  C’est un soin japonais ( Non mais après les sushis, maintenant ça? Après les mangas, les paysages magnifiques du Japon, maintenant ça? Mais ce pays est parfait!! )

Oui parceque j’ai choisi ce soin, sans savoir de quoi il s’agissait, je me suis dit « Monique! ton prénom me plaît bien » et un soin énergétique ça ne peut que me faire du bien. Et en effet, Monique Bernot c’est la douceur faite femme, gentille et à l’écoute. Selon elle, pour un soin il faut prévoir une disponibilité d’une heure et rentrer à la maison se reposer après, non non tu n’iras pas faire les courses. Je confirme, aprés mon soin je me suis senties vidée et légère, comme si je lui avais laissé un peu mes soucis. 

Alors le fondateur du Reïki s’appelle Mikao Usui, maître de méditation japonais il est né en 1865.

Selon la fédération française du même nom,  « le Reïki est l’apprentissage de la maîtrise de notre circuit énergétique et des souffles internes. Cet apprentissage permet de libérer nos énergies internes bloquées, qui créent des tensions au niveau du corps (douleurs, somatisation, certaines maladies) et de l’esprit (pensées parasites, anxiété, angoisse, déprime, burnout…).

Ainsi, la méditation et l’énergétique réunis, avec un toucher relaxant, permettent aux personnes de bénéficier des bienfaits de la relaxation et de la méditation (…) » 

Je te laisse écouter Monique qui en parle bien mieux que moi.

Une pratique qui permets de défaire des noeuds intérieures, bien-sûr qu’on adhère! 

La naturopathie

En parlant de noeuds … la constipation, ça te parle ? La suite est moins glamour, mais mais mais tellement réelle! C’est un peu tabou, très mal vécu, ça fait mal.

La constipation, touche 20 % de la population française, et qui dit grossesse et accouchement dit parfois constipation. Et constipation + hémorroïdes à l’accouchement = douleurs atroces. Tu as pas envie de les défaire ces foutus noeuds là?  Qu’est ce que tu retiens comme ça? Delphine Dégeilh, naturopathe, nous explique que la constipation peut venir d’un manque de liberté, une impossibilité, à être pleinement soi même. 

Selon l’organisation mondiale de la santé, « La naturopathie est un ensemble de méthodes de soins visant à renforcer les défenses de l’organisme par des moyens considérés comme naturels et biologiques.»

Lors de la présentation de Delphine Dégeilh, une expression m’a marquée: « ce qui ne s’exprime pas, s’imprime »

Les grands classiques 

Ostéopathie

Un rendez vous chez l’ostéopathe après ton accouchement, ou à un autre moment, ne peut que te faire du bien! Si tu en connais un bon, appelle le maintenant.

Massage!

Penses tu à te faire masser ? C’est #MiniCoeurdeBeurre qui me parlait de cette idée sur Instagram, tu peux mettre sur ta liste de naissance un massage!! Elle est pas superbe cette idée ? Un massage pour papa et maman, ou en solo. Si tu l’as déjà, tu le feras forcément. C’est un super cadeau utile et tu ne le regretteras pas, crois moi.

Ces soins sont payants, mais écoute moi, est-il possible pour toi, d’investir dans une affaire qui va te rapporter gros ? TOI!

Estimes tu, en valoir la peine? Pour réparer certains maux qui ont trop longtemps trainé, ou pour empêcher la création de problèmes futurs plus graves, il faut que tu oses faire un investissement.

L’investissement le plus lucratif de toute ta vie (oui je ne suis plus mesurée du tout là), c’est ce que tu es prêt à miser sur toi. D’ailleurs, si tu ne le fais pas toi, pourquoi attendre qu’un patron t’embauche et croit en ton potentiel, pourquoi attendre que les autres fassent ce que toi tu refuses de faire. (un exemple hein)

Il faut que tu oses investir en toi, maintenant. Si tu ne bouges pas, qu’est tu prêt à perdre ? Je n’ai rien à te vendre, je partage simplement ma nouvelle façon de voir la vie. Si le prix reste un frein, essaie de te faire offrir des séances en cadeaux pour ton anniversaire ou pour Noél, évite les ventes privées en ligne pendant un moment, évite les boulangerie et les éclairs rochers chocolat (ah oui là j’avoue).

Fait des économies sur autres choses, pas sur ton bien-être.

Bon à savoir

Pour choisir un bon praticien, il faut évidement que le courant passe bien entre vous. Une vraie relation de confiance est nécessaire afin que tu puisses t’exprimer librement. Sans te sentir, ni jugé.e, ni obligé.e de faire quelque chose.

Assure toi que ton naturopathe soit certifié Féna et agréé OMNES.

Tu dois à tout moment te sentir libre d’arrêter les séances.

Ces soins ne remplacent en aucun cas un suivi médical.

J’ai testé le Reïki, et découvert la naturopathie chez Mam’zen à Labége (Toulouse). C’est un lieu où les parents peuvent aller à un rdv pour un massage ou assister à un cours de pilate pendant que bébé fait de la baby gym et se fait garder juste à coté. C’est pas magique ça?

Mes secrets pour de beaux cheveux !

‘Tes cheveux sont comme du fil de fer !’

‘ Mais on dirait une perruque ta coupe !’

‘Regarde-moi cette tignasse !’

Voilà un petit panaché des remarques que j’ai pu entendre sur mes cheveux au fil des années.  Petite, j’avais les cheveux extrêmement lisses et puis … l’adolescence et les hormones sont passés par là !

Ma mère qui ne comprenait pas ce qui arrivait aux cheveux de sa petite fille, insistait pour que je me brosse les cheveux après chaque shampoing et, fille obéissante que j’étais, je ne dérogeais jamais à la règle ! Jusqu’au jour où… drame absolu ! A la plage a 10 000 km de mon île (de ma mère et sa brosse), j’ai oublié le précieux instrument. D’abord catastrophée, je me suis résignée, prête à réparer les dégâts en temps voulu.

Et là, qu’elle ne fut pas ma surprise en me regardant dans le miroir : des boucles s’étaient formées.

Ce jour-là j’ai fait une grande découverte : j’avais les cheveux bouclés !                                                                      Après des années d’incompréhension j’avais enfin découvert la véritable nature de mes cheveux ! Mais ce n’était que le début d’une longue route, semée d’embuches…

Après de nombreuses coupes ratées, des coiffeurs tous aussi incompétents les uns que les autres, d’autres remarques désobligeantes sur ma ‘tignasse’, j’ai décidé de prendre les choses en main :

  1. J’ai jeté mes brosses à cheveux 

Youhou ! Adieu les brosses et peignes en tous genres ! Liberté !

  1. Natural hair = Happy hair !

Oui mes cheveux ressemblaient à du fil de fer car les cheveux bouclés sont naturellement plus secs… comment j’ai pu y remédier ? J’ai compris que je devais me débarrasser de tous ces produits corrosifs qui privent les boucles de leur hydratation naturelle, oui, Sodium Lauret Sulfate c’est toi que j’accuse (Entre autres…).

  1. Expériences… plus ou moins concluantes en quête du Graal 

J’ai jeté les shampoings pleins de sulfates, les silicones aux après-shampoings, erré pendant des heures sur les blogs et les chaines YouTube prônant le Natural Hair (parfois au détriment de choses peut-être plus importantes ?), appris qu’il y a plusieurs types de cheveux bouclés, rincé mes cheveux au vinaigre de cidre, rempli mes placards de produits naturels, transformé ma salle de bain en labo et me suis rebellée contre la dictature du brushing …

  1. Etre fière 

Tout simplement être fière de mes boucles, qui ne correspondaient pas aux critères de beautés de certains ! Me regarder dans le miroir et me dire que j’ai de la chance d’avoir cette matière, ce volume, ces boucles que j’ai appris à porter et à chérir car, je le dis souvent elles sont le reflet de ce qu’il se trame dans ma tête, de ma personnalité !

Audri

*************************************************************************************

Audri est Réunionnaise avant tout, sinophile professionnelle, ‘capillologue’ amateur… ou peut-être le contraire ?

Je mène une guerre sans merci aux sucres ajoutés et aux lissages brésiliens, coréens… peu importe leur nationalité ! Fascinée par la beauté de mon île, je suis aussi une nomade invétérée…

Photo audri

*hair = cheveux

« Oté Grand-mère » une chanson Réunionnaise parfaite

Chez nous, on aime la musique, c’est comme ça. Autant mon mari, le Tarnais qui écoute absolument tout, que moi, la Réunionnaise qui adore son Maloya.

Notre bébé est comme nous, la musique, il adore. Il se tortille en me donnant la télécommande. C’est un code entre nous, je lui dis: « tu veux de la musique? Tu veux danser?» Il dit: « hmm » et hoche la tête pour me dire oui. Allez, direction deezer, et là … monsieur est difficile. Au fil des playlists, il s’agite quand il n’aime pas une chanson. Je lui demande: « je change ? » à nouveau, il secoue la tête pour me dire oui.

Ainsi, nous allons au grès des goûts musicaux très frais, d’un petit bonhomme de quelques mois. Et à la fin d’une chanson, bébé applaudit. Il le fait depuis qu’il sait applaudir, il a un grand respect pour les artistes.

Des chansons que nous écoutons sur notre téléphone, c’est pareil. Mais, son choix est cette fois ci bien plus rapide. Il s’arrête sur une chanson Réunionnaise emblématique «Grand mère » de Ousanousava.

C’est vrai que nous l’avons écouté quelques fois, ce n’est pas une chanson très gaie (pour un bébé) mais elle nous va droit au coeur. Déjà, son tout petit coeur de bébé métisse est tout aussi réceptif.

Les premières notes sont magiques. C’est un savant mélange de nostalgie et d’amour qui vient remplir mon coeur à chaque fois. Je ne m’en lasse pas, la douceur que dégage cette chanson est d’un autre monde, elle me transporte. Je suis sur mon île, les pieds dans l’eau, après le pique-nique dominicale en famille.

« Oté Grand-Mére » ce message à une personne que l’on aime, partie et qu’on ne reverra plus. Cette lettre d’adieu, cet hommage, nous aurions pu l’écrire, toi ou moi … L’envie d’entendre cette personne une dernière fois, nous raconter ses histoires. Ce chagrin incommensurable à son départ. Et puis, l’espoir de la revoir à n’importe quel moment, ouvrir une porte, revenir dans nos vies, et être, à nouveau là avec nous.

Cette chanson me touche, et elle m’accompagne depuis des années maintenant. Lors d’un deuil douloureux, nous reviennent des souvenirs, des détails, une expression sur un visage. Les rides, les traits. Je me souviens d’un million de détails du visage de mon oncle. Lui est parti je n’avais que 13 ans, et je me souviens des lignes sur son front, de ses jolies fossettes sur ses joues (mon bébé a les mêmes), son sourire que nous admirions. Et il y a aussi ce rire qui résonne encore dans mon esprit, tout comme les derniers mots maladroits que je lui ai dit. Lui est parti mais le souvenir reste, et restera à jamais. 18 ans déjà. Alors pour moi, écouter cette chanson, c’est lui rendre continuellement hommage, lui dire que je sais qu’il ne nous a pas vraiment quitté, qu’on se reverra un jour. Et surtout, que je ne l’ai pas oublié. Alors, comme le dit la chanson: « pardon si aujourd’hui je pleure. »

Oté grand- mère une superbe chanson (Réunionnaise) de Frédéric Joron. Elle date de 1984, et c’est aujourd’hui la berceuse de mon fils.

Et toi, tu la connais ? C’est quoi ta chanson Réunionnaise préférée?

*************

Hey dis donc, on va pas se quitter comme ça ? Restons amis, tu nous trouveras sur Facebook et aussi sur Instagram 

Oui, on est partout! Tu peux nous écrire, si tu veux papoter ou partager une histoire, un témoignage ❤  par ici pour un long mail, allez zouuuuu : Naturellement-Happy@outlook.fr

Lettre à ma grand-mère créole

J’aimerai te dire, grand-mère, que je ne sais pas pourquoi je t’aimais à ce point, c’était comme ça. Je t’aimais, je te trouvais belle avec ta longue robe à fleurs que tu avais faite toi même, tu étais toute menue. Je trouvais tes yeux clairs si beaux, mais ton regard était rempli de tristesse, tu as vu une misère que je ne peux qu’imaginer.

Tu me manquais quand je ne te voyais pas. Peu importait le monde autour de nous, ou vos querelles de grandes personnes, nous on s’aimait pour de vrai. Notre relation était spéciale, dans la grande discrétion qui te caractérisait si bien, tu m’aimais. J’allais à l’église avec toi, tu me donnais des biscottes et du fromage kiri a manger. J’adorais ce fromage, et je raffole toujours de biscottes. En fait, c’est ce moment avec toi que cherche à retrouver, mais plus rien n’a le même gout depuis que tu es partie.

J’aimais, me cacher du soleil sous ton immense capeline, ce chapeau en paille qui te faisait de l’ombre au visage et qui te rendait si belle. Toute petite, je te fixais longuement. J’attendais avec admiration, que tu dévoiles un peu de ta longue chevelure argentée. À mes yeux, ta peau était parfaite, d’un noir magnifique. Le temps avait creusé des sillons sur ton si beau visage, chaque ride était le témoin de ta vie, des grands événements comme de ceux les plus terribles.

J’ai longtemps voulu te poser des questions sur cette grande misère que tu as connu, mais tu faisais partie d’une génération assez pudique, j’avais peur de te voir malheureuse.

Depuis que tu es partie, je te vois dans mes rêves. Tu ne me dis rien, tu me regardes. C’est pour moi comme un ultime message, tu es la, tu me protèges. Et puis, par dessus tout, tu m’aimes.

Et toi? As-tu un message a envoyer à quelqu’un qui est parti? Tu sais, je pense qu’ils sont là, nous écoutent et nous protègent. Il est encore temps de lui dire cette chose que tu as encore sur le coeur ❤

Je suis Réunionnaise! Oté La Réunion

Billet doux

Billet d’où?

Cette année j’ai 30 ans! Sur ces 30 années, j’en ai vécu 8 loin de ma merveilleuse (en toute objectivité)  île natale. L’île de la Réunion.

NB (rode pas dezorde*) La Réunionnaise est toujours objective quand elle vous dit que son île est la plus belle, que son ananas Victoria est le plus sucré, que son sucre de canne est le plus roux et que le tout, est, en toute objectivité  : la crème de la crème ! Le meilleur.

Le fait d’être loin, un peu exilée, aide à oublier les malheureux défauts que, peut être (jure pas moins) nous avons. Des défauts, que seuls les Réunionnais peuvent pointer du doigt 😉 ! Évidemment.

Nous acceptons la critique, quand elle ne nous critique pas, et nous ne supportons pas la comparaison, avec d’autres (une autre) îles. Aussi proche (très proche) soit elle (ok Ou voi la! L’autre île parfaite)

Mais la je généralise, ah oui… Ça non plus on aime pas.

Nous, vous, enfin … tout le monde devrait pouvoir aimer mon île. La connaitre, y goûter nos mets.

Les letchis en fin d’année, eux aussi les meilleurs AU-MONDE. Tout le monde devrait avoir la chance de sentir cette douce odeur de sucre roux quand on quitte la ville de l’Etang Salé direction St Louis. Ah! Cette odeur sucrée quand le jour se lève, ou qu’une journée s’achève. Cette lueur sur la montagne, et ces couleurs uniques. Uniques vous dis-je! Uniques.

Entre les champs de cannes qui bordent cette route un peu déformée, à côté de l’usine sucrière, l’histoire de mon île s’écrit avec du sucre, du coton et du sel. (route déformée à mon époque, et aujourd’hui ?)

Ou, cette odeur de sel marin quand on approche le littoral St-Leusien. Ces matinées à l’entrée de la ville où, au loin, on croire voir du brouillard mais enfait c’est un nuage de sel extra fin, du sel pur qui se pose sur nos lèvres. Du sel pur.

Les parfums de mon île me manquent …

  • Jaime : 

Les voyages

les longues parenthèses

Les histoires gramounes*

Gros pois ek rogail la morue

Les avocats de La Réunion

Cuisiner

Les rires de mon bébé

Le métissage

Les blagues de mon mari

Ma famille

La contradiction

  • Je n’aime pas :

Les donneurs de conseils (mais j’en ai moi même de très bon)

Les huîtres

Faire la vaisselle, vraiment pas!

 

Et pour toi, c’est quoi être Réunionnais? Raconte à mwin

Gardons contact, tu peux retrouver NaturellementHappy sur le Face de book et sur Instagram Like à nous!

Toi

T’as d’lamour 

T’as des jours de pluies, de tempêtes et d’orages

T’as des jours de soleil, t’es en tongues et tu relaxes 

T’as des jours de grandes formes et des petits jours de grandes tristesses 

T’es là, t’existes, tu respires, tu te bats 

Enfin, tu le fais plus ou moins 

Et puis un jour, t’as un bébé

T’as pas le choix, pour lui faut foncer 

T’arrêtes d’empiler tes vieux démons sous ton grand tapis imaginaire 

Tu t’en occupes 

Tu nettoies tes placards

Tu tries tes amis, ta famille et certains s’en vont d’eux mêmes 

Beh oui, comprend les t’es devenue obsédée du nichon, on te demande souvent pourquoi t’es extrémiste comme ça

Pourquoi t’allaites encore 

Tu gênes tout le monde à refuser de punir ton enfant comme il faut

Fous le au coin ça ramènera la paix dans ta maison

Et t’as pas honte, de le laisser dormir avec toi? Il aura pas de ptit frère et il dormira toujours aussi mal 

T’as pas cette sensation, t’as juste des convictions  

Tu dis rien, tu fais juste les choses à ta façon 

Ça décoiffe un peu tout le monde 

Ça bouscule les habitudes

Ça titille leur enfance 

Ça insulte leur éducation 

Ça accuse leur parent 

Ça fait mal tu comprends ?

Tu sais tout ça, t’es pas née avec tes convictions 

T’as juste décidé d’arrêter de répéter l’Histoire 

Tes parents ont fait de leur mieux avec ce qu’ils avaient, ce qu’ils savaient

Tu les aimes pas moins, tu les comprends

T’acceptes, tu pardonnes

Mais toi, tu feras autrement

T’es vigilante sur les discours que tu entends, tu es bouleversée par la violence que tu voies 

Et malheureusement, tu ne dis rien 

et s’ils sont choqués par ton mode de vie,

Tu l’es encore plus par le leur

Mais toi, tu les laisses faire et tu ne dis rien 

Elodie Escande

 

Ecouter et transmettre: le métier que j’ai dans la peau …

Je suis diplômée d’une université Australienne en communication, j’ai vécu (étudié et travaillé) 4 années à Perth , en Australie Occidentale. Dans cette vie australienne, j’ai fait des rencontres multi-culturelles, surtout Népalaises, une de mes destinations favorite puisque mes amies y vivent aujourd’hui. 

Travailler, enfin!

Après mes études, je retourne à la Réunion. j’y trouve un emploi d’animatrice socio culturelle dans une association de mon quartier. Association où j’allais enfant, association où ma maman animait un atelier de théâtre. Quelques heures par semaine à faire des additions et écouter des enfants déclamer des poèmes. Notre chance à cette époque, nous pouvions faire cela dehors, profiter du soleil : parler très fort, agiter les bras, théâtraliser ces poèmes pour qu’ils soit mémorisés. J’ai rencontré des parents à bout, des parents investis, un papa désemparé et son petit génie de fils. Lui, venait de perdre sa maman, ce qui restait de sa famille était imprégnée d’une souffrance que je ne peux qu’imaginer. Et lui, était toujours aussi intelligent, souriant, présent et actif. L’enfance. 

Les bonnes rencontres.

Puis, j’ai quitté l’association, enfin pas vraiment, je suis devenue journaliste reporter d’images. Une longue histoire, un coup de chance. Je fais enfin le métier dont je rêve : journaliste. Euh! Attends! On me donne une caméra et un micro, on m’explique qu’il me faut des écouteurs pour vérifier le son. Euh! Je fais quoi ? Tu sais, à la Réunion le chômage c’est la norme, je n’allais pas refuser ce job, sûrement pas. Même si je n’avais aucune idée de comment j’allais assimiler tout ça. Pour te dire, honnêtement, j’ai été embauchée pour faire des captations de spectacles. J’ai commencé par faire ça. J’étais debout, toute une nuit, derrière une caméra que je tournais parfois à gauche à droite. Dans cette entreprise, une chaîne de télévision locale, il y avait aussi un jt. Je ne sais plus bien comment ça s’est fait, mais un jour la rédactrice en chef m’a demandé de travailler pour elle. Elle m’a expliqué ce que je devait faire, elle a pris une feuille et ma montré les différentes valeurs de plans que je devais filmer à chaque fois. Mais pour commencer, avant de faire des reportages complets, je faisais des interviews et je ramenais quelques plans de coupes. J’ai commencé comme cela, doucement avec pour seule certitude la confiance de ma rédactrice en chef, et l’aide de mes collègues (magiques ces collègues) Et puis, j’étais ultra motivée. Je devais m’accrocher, j’étais moins payée que les autres, je travaillais avec ma propre voiture, je ne comptais pas mes heures mais j’étais heureuse de le faire. À la fin de mon contrat dans cette entreprise, le JT a doucement disparu. De mon côté, je devenais pigiste pour les autres médias de l’île. Quel bonheur d’être recommandée, qu’on me fasse confiance, de pouvoir travailler avec un caméraman, un monteur, un ingénieur du son, mais que c’était génial !!! Et puis, quel honneur de lire ou d’entendre mon nom au début d’un sujet. J’étais fière, les enfants de l’association l’étaient aussi, nous ne nous sommes pas quittés. Je leur proposais des ateliers audiovisuels, ils assistaient à des enregistrements d’émissions – le tout bénévolement. 

La pause. 

En arrivant à Toulouse, après plusieurs candidatures infructueuses, je me suis dit que je devais peut-être changer de carrière, faire autre chose. Mais, je n’y arrive pas. J’ai beaucoup réfléchis, cherché, postulé dans d’autres domaines. Je ne trouve pas, je n’ai pas trouvé. Je ne veux pas être autre chose que moi, la petite fille de 12 ans qui voulait être journaliste. Je ne veux pas la décevoir, elle a fait une longue pause ces dernières années. Tu sais ce que je faisais à 12 ans? Je m’allongeais par terre dans le salon, je regardais le JT, avec une feuille et un stylo et je prenais des notes. Enfant, avant de savoir écrire, je savais raconter des histoires. Je les dictais à maman, c’est elle qui écrivait.

Attends, on rembobine! 

La révélation, c’est quand j’ai commencé à faire du terrain et écrire pour la fac, pour notre magazine en ligne et pour les devoirs. Bon, j’avais la pression car mes interviews étaient en anglais, mais je me suis vite habituée. Une fois à La Réunion, faire du terrain dans ma langue maternelle, c’était comme être libre. Simplement libre (ah et je n’avais pas à répéter certains mots à cause de mon accent français)

Il y a eu des portes fermées, des insultes, des tournages ratés, des questions gênantes …. mais je ne m’en rappelle pas en détails. Je ne m’en rappelle pas aussi bien que ce jour où une dame m’a proposé un verre d’eau alors que je faisais du porte à porte pour trouver des témoignages sur une histoire de vols dans un quartier. Elle m’a fait entrer chez elle, car elle a vu que j’étais épuisée. Entre le soleil et les multiples « non », face à elle et à son « non », je lui ai dit que ma matinée était compliquée, j’ai été franche, je n’attendais plus qu’elle change d’avis (mouais, un peu au fond) Je crois que ce jour je suis rentrée bredouille, (avec des images d’illustrations seulement) Mais cette rencontre, et ce verre d’eau m’ont aidé à passer au reportage suivant sans trop de regrets.

Aux suivants

 Je pense que nous avons tous, une histoire, qui vaut la peine d’être partagée, racontée. Je pense que ta vie est importante, que tu dois partager ce que tu as vécu, ce qui te rends unique.

Moi j’ai envie de vivre, d’être heureuse, de rire et de bien manger. Pas toi? J’ai besoin de partager, d’échanger et de mettre en valeur « l’autre » c’est mon cadeau à l’univers. Je suis maman d’un petit garçon de 2 ans très intelligent à qui je fais découvrir le monde, à qui je parle avec des mots « compliqués ». Mon histoire, c’est l’histoire d’une maman qui a un jour perdu pied, trop seule trop fatiguée. Mon fils m’a enseigné plein de choses: qu’il faut regarder les gens dans les yeux quand ils nous parlent, et que nous avons besoin de « l’autre » pour vivre. Besoin d’échanger, de partager et d’écouter.

Je travaille en ce moment sur des portraits vidéos d’ingénieurs, de pâtissiers et d’entrepreneurs. Et toi, c’est quoi ton histoire ? 

A bientôt 🙂

 

 

Mon secret

Il y a toujours deux versions à une histoire. C’est drôle, dans ce monde tout est question de perception. De point de vue. Je vais te parler d’un sujet très personnel, intime même. 

L’intuition – tu connais?

Selon le Larousse, intuition signifie:

  • Connaissance directe, immédiate de la vérité, sans recours au raisonnement, à l’expérience.
  • Sentiment irraisonné, non vérifiable qu’un événement va se produire, que quelque chose existe : Avoir l’intuition d’un danger.

Certains qualifient cela de don, pour moi c’est un genre de poison qui abîme ma vie. À force de trop savoir, trop tôt. J’arrive, de façon déconcertante à identifier les motivations d’une personne, à prévoir son comportement, ses paroles, sa manipulation. Souvent je raconte à mon mari ma perception d’un événement, il doute, puis les choses arrivent. Comme je les imagine, à dire vrai, je me suis trompée une fois (mais bon, là, cette histoire là n’est pas finie …) Mais imagine un peu vivre en permanence, et pour différentes personnes, avec ce sentiment qu’un danger arrive, qu’il y a un truc qui cloche.

C’est une vie déconcertante. Qui a commencé très tôt et qui m’épuise, souvent, j’aimerai ne pas savoir. Alors, je ne suis pas médium, voyante ou autre. Je raisonne très vite et très loin. Je devine. Je perçois les sous entendus. Je tombe toujours sur les regards en coin, les yeux levés au ciel qu’on pense discrets, les petites phrases chuchotées. Je tombe dessus, toujours. Alors, pourquoi ? Je ne sais pas. Je sais juste qu’on mon cerveau voit les problèmes arriver de très très loin. Et évidemment, comme pour le cordonnier, cette intuition ne marche pas sur moi. Je ne me devine pas. Je sais pour mon mari, mon fils, mes parents, mes proches, les inconnus à qui je parle pendant un moment. C’est déjà, croyez moi, vraiment vraiment beaucoup. C’est trop.

Entendre un mot, capturer un regard et avoir la capacité d’écrire ce qui va se passer, pas juste le lendemain mais sur 2/3 années ( et parfois bien plus). Mon cerveau a cette faculté de perception depuis ma petite enfance. Il faut d’ailleurs que je m’y penche, essayer de m’en défaire un peu, et vivre naïvement.

Ça doit être bien de ne pas savoir.  De ne pas voir les problèmes des personnes que l’on aime arriver. Cela doit être reposant, de ne pas être la seule personne dans un groupe à se méfier de quelqu’un. Je me rappelle ado, je disais à maman ou à mes soeurs: « attention, cette personne va te causer des ennuis. » Il suffit d’une seule, et brève rencontre. Le temps passe, dans ces cas là pas bien longtemps, et puis boum. Quand je dis ennuis, évidement je ne parle pas de petites querelles.

Inconsciemment, un mot n’est pas juste un mot. Si je ne suis pas fatiguée ou inquiète, je vis une conversation en pleine conscience, j’assimile chaque mot, chaque pause, chaque virgule, une intonation qui varie me fait sursauter, je suis ultra présente, et j’absorbe. Ah oui, écouter, entendre … je vais bien au delà. Une phrase, puis 2 … alimentent un système de pensée qui est bien plus rapide que moi, je ne suis aussi rapide pour rien d’autre.

Et quand tu as une intuition, tu en fais quoi ?

Eh bien, il y a des gens qui ne veulent pas savoir : « Quand même! je suis grand- ce n’est pas à mon âge que ce genre de chose va m’arriver » « pourquoi te mettre dans un état pareil ? Tu veux me protéger ? mais de quoi?Il ne va rien se passer »

Puis, le classique : « Tu te fais des films! » Et, ce que ma maman me dit : « surtout ne t’en mêles pas, laisse les vivre cela jusqu’au bout. » Je ne sais pas si c’est parce que c’est maman qui le dit, mais ça je n’y arrive pas, j’ai le sentiment de devoir protéger, mettre en garde, avertir. Mais il est vrai que, les gens n’aiment pas entendre autre chose que ce qu’ils ont envie d’entendre. Alors, une fois que j’ouvre ma bouche, je me retrouve sur la touche, on me met en quarantaine pour me punir. Et puis, tout se passe quand même, discrètement, avec moi assez loin pour ne pas voir. Mais de mon côté je continue à sentir, à ressentir ce qui se passe, je n’ai pas de vision, j’insiste. c’est vraiment de l’ordre de la pensée. C’est épuisant, je me dis maintenant que c’est maman qui a raison. Je dois peut-être laisser   faire/ être/ mentir/ trahir/ abuser et rester bien tranquille dans ma vie à moi.

Alors, je ne veux pas te faire peur. Tu peux me parler librement et peut-être que je passerai à autre chose. . . bon, j’ai un doute. Je ne le fais peut-être pas avec tout le monde, je suis parfois, peut-être normale.

Et toi, comment ça se passe chez toi ? Est-ce que tu as ce genre de sensation, est-ce que il te semble ressentir des choses, lire en certaines personnes? Comment on fait pour vivre avec ça? J’ai besoin de savoir comment continuer à vivre avec tout ce la sans que ça ne devienne une contrainte (comme c’est le cas aujourd’hui)

Je partage vite, et je file à la crèche.

J’ai rencontré l’inventeur du drone 100% solaire!

Sunbirds, c’est la start-up qui fait planer les drones au soleil.

Le Réunionnais Laurent Riviére nous parle de son entreprise, Sunbirds. Né d’une idée alors qu’il était salarié, ses drones solaires sont désormais vendus en Australie. C’est d’ailleurs dans ce pays que Sunbirds a de nouveaux bureaux. La vidéo est dans le lien ci dessous, à bientôt.

à voir, partager, à aimer

Parents

C’est difficile d’être parents, mais être un enfant ça m’a l’air tout aussi compliqué. Alors oui, y a tout l’amour du monde, un bonheur immense , mais parfois c’est juste difficile, douloureux. Ce sentiment de ne pas réussir à se faire comprendre, la déception quand parfois on se dit « tout ce que je fais pour toi, tout ce que j’ai abandonné pour toi, tous ces sacrifices… » pour que tu me tapes, que tu hurles en te roulant par terre, en m’humiliant … c’est ça qu’on se dit? T’as déjà pensé ça? Ce matin après le marché, nous étions au parc. Gabriel voulait jouer, tout en s’accrochant à ses raisins. Je l’observait quand … j’ai vu une famille arriver, on se dit bonjour puis on se concentre chacun sur son enfant. L’enfant avait l’air calme, assis face à ses parents. Sa maman dit à son père « je ne le supporte plus. 5 ans que ça dure! Il faut qu’il voit un médecin! » Alors, je ne connais pas le problème de cette famille, mais j’ai eu de la peine pour eux, tous. Les parents et l’enfant, je suis désolée. C’est si difficile d’être parents, c’est un boulot à plein temps, souvent ingrat. C’est tellement difficile parfois, moi il m’arrive de pleurer chez moi, et je me dis que pour laisser entendre tout ce qui ne va pas à des inconnus … c’est vraiment que c’est un peu la fin de leur monde. Puis, il fallait partir l’un des parents: «  allez on y va. C’est le 2eme parc là, allez! dégage! Tout le monde te regarde, de toute façon tu vas encore faire une crise, comme d’habitude» Il n’y a pas eu de crises, l’enfant n’a rien dit. Gabriel leur a dit au revoir en agitant la main, ils n’ont pas répondu. Vraiment, ça ne va pas du tout, tant de souffrances, de violence, des mots si forts… les parents avaient besoin d’un énorme câlin, je ne les connais pas, je ne connais pas leur vie. Je sais juste que c’est difficile de grandir avec son enfant, de s’élever avec lui, de se mettre à sa hauteur …. je n’ai rien dit, je n’ai rien fait. Je me suis aussi rappelé, que ça devait être parfois terriblement difficile d’être un enfant .

La vie

La vie, c’est cette force qui nous pousse, ce souffle qui nous oblige à avancer. La vie d’abord, d’abord nos vies. Je passe beaucoup trop de temps sur les réseaux sociaux, ce n’est pas la vie. La vie, c’est mon fils qui plonge sa main dans le blanc monté en neige, la vie c’est mon petit bout qui se met à pleurer quand il n’y a plus de chocolat sur sa cuillère, la vie c’est un «maman je t’aime » quand il fait gris sur mon cœur, la vie c’est son papa qui s’occupe de lui depuis sa naissance, la vie c’est la fatigue, le manque de sommeil, les journées trop longues, les journées trop courtes, puis les journées trop longues. La vie c’est avoir du chocolat sur un tee shirt blanc et ne pas être préoccupée par son nettoyage. la vie est pleine de rencontres, d’échanges et de partage, de rendez vous manqués, de rendez vous surprises. La vie est là, elle m’appelle. ••••••••••••••••••••••••••••••

Un jour, j’ai donné la vie et la mienne a changé à jamais. J’aime cette vie, elle est parfaite, ici et maintenant, dans ma maison bordélique où un enfant heureux découvre la vie. ❤️

Aux urgences avec bébé

La semaine dernière je récupérais Gabriel à la halte garderie quand il a fait un malaise. Je n’en dirai pas d’avantage à ce sujet, juste qu’il va beaucoup mieux. Nous avons été pris en charge par les pompiers, la nuit (la journée aussi) a été très longue et exténuante.

J’ai tout simplement eu la peur de ma vie, mon mari aussi. La nuit a été longue, ponctuée de larmes, saccadée par des « maman vient, papa vient, j’aime maman. » Et l’impossibilité parfois de le prendre dans mes bras. J’ai eu tellement peur, j’ai souhaité un million de fois rentrer chez moi avec mon fils, mon petit super dynamique, celui qui n’a peur de rien, qui dort très peu, celui qui me demande à longueur de journée: « ça va maman? Qu’est ce que tu fais maman? » Quand je tombe quelque chose il se tourne vers moi  » qu’est ce que t’as fait maman? » L’air de me dire « ah encore maman! t’es un peu maladroite non? » Ma tornade aux cheveux bouclés qui fonce toujours vers les jeux pour les grands quand on va au parc, lui qui s’accroche et grimpe sans mon aide, il n’en veut pas, il a confiance.

Moi aussi j’ai confiance en lui, vraiment. A force de lui répéter quotidiennement qu’il est grand, intelligent, qu’il est capable de réussir ce qu’il entreprend … je pense que ces affirmations ont réussi à creuser un sillon dans son joli cerveau. Il fonce.

Je ne sais plus quoi te raconter, c’est le genre de frayeur dont on se passerai bien hein. Comme souvent quand j’ai un choc, je n’ai pas pleuré. J’étais concentrée sur mon bébé, sa santé était prise en charge par une équipe compétente, j’ai eu tout de suite confiance. Depuis sa naissance, nous passons nos journée ensemble, il va une dizaine d’heure par semaine à la halte garderie, mais nous partageons nos nuits, nos journées, nos repas, je le connais si bien. je me suis dit … en fait non, je n’ai pas pensé, je ne me rappelle pas m’être arrêtée pour « réfléchir » « faut faire ci, ou ça » Non.

Depuis qu’on se connait, je lui parle tous les jours. Je lui parle comme je parle avec un adulte (mais avec beaucoup beaucoup plus de tendresse et de patience) mais je passe ma vie à lui parler. Alors, cette nuit n’a pas changé mon activité favorite. Le week-end avant il avait vu sa cousine qu’il adore, son petit cousin et le reste de la famille, dont le chat de Tatie. Je lui ai dit « écoute moi Gabriel, on va aller chez Tatie tu te rappelles ce que tu as vu là-bas? » et j’ai retracé cette journée. A certains mots il réagissait, le prénom de sa cousine, le chat, le chien, la tétée. Ces moments ou je l’avais vu heureux, excité, surpris. Je lui ai reparlé de tout ça. J’ai évoqué le prénom de chacun. Puis, quand le récit cette journée était terminé. J’en recommençait une autre, nos ballades le long du canal du Midi, nos rencontres, les vélos qui vont super vite. Je lui ai dit : « nous allons revenir à aujourd’hui, nous sommes à l’hôpital, il s’est passé … en ce moment il se passe … » Et, comme cela, pendant 2 heures, ou 4, je ne sais plus. Une étape permis tant d’autres hein.

Je ne sais pas si c’est une bonne chose, mais depuis que je suis enfant, j’oublie les choses qui me font peur, me choquent et me traumatisent. J’archive et je passe à autre chose, même si cette démarche était inconsciente; je n’ai plus envie de faire ça maintenant. Je veux que mon fils comprennent ce qui s’est passé, je veux qu’on parle, qu’on comprenne, qu’on pleure un bon coup. Histoire de ne pas avoir à le faire dans 6 mois ou dans un an, le faire maintenant. Prendre le temps qu’il faut pour assimiler, pardonner, et puis archiver ? Je ne sais pas comment on fait ça, des conseils ?

Qu’est ce qu’on fait dans un cas comme le mien? Prévoir une séance chez l’ostéopathe? Allez à la piscine?

Pour le moment je suis fatiguée, et c’est pareil pour tout le monde à la maison. Nous devons gérer de grosses colères et des petites frustrations qui se transforment en tsunami d’émotions, beaucoup de larmes pour bébé qui tape. Et non, je ne le taperai pas pour lui montrer que ça fait mal ( et que c’est mal de taper), évidement il y’a des règles chez nous, et la violence est strictement interdite. La situation est particulière en ce moment, j’espère un retour à la normal rapide.

PS:

J’espère que tu vas bien, que tu profites de ton bébé, de ta famille. Et surtout, j’espère que tu écoutes ton cœur de maman, ou de papa, ce coeur qui ne se trompe jamais JAMAIS. Faire ce que la société aime, ce qu’elle attend de nous, ce qu’elle exige … pour éviter son jugement… c’est se mentir, se perdre et se tromper lourdement. Ton enfant ne pleure jamais pour rien, ignorer ses pleurs peut avoir des conséquences terribles, vraiment. Il y a celles que l’on voit, que l’on évite de justesse puis les conséquences que l’enfant vivra bien plus tard.

•••••••••••••••••••••••••••

Ton bébé ne ment jamais, il ne cherche pas à te manipuler, à jouer avec tes sentiments. Il ne fais pas «du cinéma » tout comme un nourrisson ne fait pas « de caprices ». Je sais que ce terme revient sans cesse, mais on est en 2018. Internet? Recherches? Neuro psychologie? Théorie de l’attachement, le manque d’attachement? Ça fait bien longtemps qu’on est plus obligé de croire tout ce qu’on nous dit. Il est très facile de trouver des infos quand on veut faire autrement, ou mieux. Pour ma part, la prochaine fois qu’on me dira de mon fils « non mais il a même pas de larmes, il fait du cinéma» j’insulterai l’auteur de cette pensée. A défaut d’être respectée, je vais arrêter de mettre des gants. Si l’homme est bon par nature, cette nature ne se trouve t-elle pas dans son enfance ?

#viedemaman #maternage #allaitement #pleurs#caprices #51015 #enfance #baby#childhood #train #famille #toulouse#family #amour #love #confiance#suddelafrance #bébé #mumtobe#change #cherche #CHANGEBORDEL

Retrouve moi sur Instagram